soler.jpg (9989 octets)

SOLER ROBERT

 

 

Né le 28 octobre 1905 à Alger, Robert Soler fut élève dans notre établissement dès octobre 1914, alors que le lycée Gouraud n'était encore qu'une modeste école primaire, l'école de la Résidence, dans les locaux de la rue capitaine Petitjean. Robert Soler grandit avec son école qui, transférée en 1918 là où se trouve aujourd'hui l'école de la Tour Hassan, prit alors le nom de collège Gouraud pour être installée progressivement enfin dans ses locaux actuels et devenir, en 1921, le lycée Gouraud.

Robert Soler y fit donc toutes ses études secondaires jusqu'en 1923 et devint ensuite l'auxiliaire de son père dans l'entreprise familiale qui subsiste encore.

L'existence de Robert Soler semblait dès lors devoir se dérouler calme et tranquille dans la dignité et la paix du labeur quotidien. Il avait fondé un foyer où étaient nés et avaient grandi une fillette et un garçonnet lorsque survint le débarquement allié en Afrique du Nord.

Telle fut alors la fièvre qui secoua le Maroc qu'elle saisit Robert Soler ; il ne put admettre de goûter paisiblement les joies du foyer pendant que d'autres iraient risquer leur vie pour la France et à 37 ans il quitta sa femme, sa grande fille de 15 ans, son garçonnet de 8 ans et s'engagea. Affecté au 31e Génie, il partit bientôt avec son régiment en Oranie. Après une minutieuse mise au point, le 31e Génie allait être dirigé sur l'Italie lorsque le 13 août 1943 Robert Soler fut tué accidentellement en service commandé à Tizit près de Mascara.

La mention « Mort pour la France » a été inscrite par décision ministérielle sur l'acte de décès et notifiée à la famille.

Avec la digne veuve de Robert Soler et ses deux enfants, avec toute sa famille, nous garderons pieusement le souvenir d'un homme dont le sacrifice est d'autant plus émouvant qu'un destin cruel lui refusa de combattre pour sa patrie alors qu'il avait tout quitté pour avoir cet honneur.