monzies.jpg (9299 octets)

Monzies Jacques

 

Né le 3 juillet 1920 à Sainte Marie du Zit (Tunisie). Mort en brave à Genazzano (Italie) le 3 juin 1944, alors qu'à l'extrême pointe du combat il frayait la voie à l'armée française dans sa marche sur Rome.

Un typique représentant de cette forte et fière race des colons qui assurent en terre africaine la pérennité de l'œuvre française.

Après avoir été élève au lycée Gouraud puis au collège de Port-Lyautey, Jacques Monziès, fils de colon, aimant passionnément cette terre sur laquelle il voyait les siens oeuvrer avec tant de cœur et de succès, affirma très jeune sa vocation agricole. En 1939 il préparait à Paris son concours d'admission à l'Institut agricole d'Algérie lorsque la guerre éclata ; il s'engagea aussitôt.

Excellent cavalier (médaille de bronze en 1938 et médaille d'argent en 1939 au Concours hippique de Paris) Jacques Monziès, qui au surplus parlait couramment l'arabe, choisit tout naturellement les Spahis et fut versé au 3e R.S. à Meknès. Malgré plusieurs demandes, il ne put aller au front, son escadron n'ayant pas eu à fournir de renforts ; nommé brigadier le 1er mai 1940, il fut libéré le 1er août.

Il suivit alors comme auditeur libre de 1940 à 1942 les cours de l'Institut de Maison Carrée car il n'avait pu subir les épreuves du concours d'entrée à cause de son engagement. Il venait de sortir de Maison Carrée et se trouvait en stage en Algérie lors du débarquement américain ; il rejoignit aussitôt le 3e Spahis à Meknès.

En novembre 1943, le 3e R.S.M. parti d'Oran débarqua à Bagnoli près de Naples.

C'est avec le 2e escadron que Jacques Monziès fit la campagne d'Italie. Voici en quels termes s'exprime sur lui un de ses chefs :

" Dès son arrivée à ]'escadron.. il se fit remarquer par son caractère décidé, allant, énergique.... Il appartenait à cette poignée de jeunes français qui, venus du Maroc ou de France à travers l'Espagne - donnait à nos unités Nord-Africaines leur flamme et leur haute tenue morale.. "

Très vite, au combat il sut mériter la réputation d'un magnifique baroudeur très " gonflé ", ardent mais calme tout à la fois.

Nommé maréchal-des-logis en avril 1944, Jacques Monziès prit brillamment part, en mai, aux fameux combats du Garigliano et du Liri qui permirent de percer la ligne Gustav. Et ce fut ensuite la marche sur Rome ; mais l'ennemi défendait le terrain âprement.

Le 3 juin le maréchal-des-logis Monziès reçut mission de progresser sur l'axe de Genazzano et de sonder le dispositif ennemi. La route de Genazzano était solidement défendue par les canons anti-chars et l'artillerie ; de plus toute cette zone était " piégée ". Dès le départ, sa patrouille se heurte à une opposition très violente ; tirs de " Nebel Werfer " très impressionnants en particulier. Sur ordre, les véhicules de la patrouilles s'arrêtent pour échapper à une destruction certaine. Mais Jacques Monziès sollicite l'autorisation de poursuivre sa mission à pied. Il continue à fournir d'excellents renseignements et établit le plan de la ligne d'infanterie ennemie ; puis il détermine et signale l'emplacement d'un Mark IV.

Toujours à la tête de ses hommes, Jacques Monziès continue à progresser et à reconnaître les possibilités de passage ; il arrive à un pont suspect et l'examine. Soudain quelqu'un, lui-même peut-être, heurte un fil de fer dissimulé : une explosion formidale : Jacques Monziès vient de sauter sur une mine.

Quelques instants plus tard le Mark IV qu'il avait su déceler était en flammes, atteint par un de nos " destroyers " à qui le renseignement avait été communiqué.

C'est grâce à l'audace et au sacrifice de hardis éclaireurs comme Jacques Monziès que le gros de l'armée française poursuivait sa marche victorieuse.

La Médaille Militaire fut conférée à Jacques Monziès à titre posthume avec la citation suivante, éloquente dans sa sobriété :

" Monziès Jacques, maréchal-des-logis du Ne régiment de Spahis : jeune sous-officier de Spahis calme et courageux.

" Le 2 juin 1944, entre Valmontone et Genazzano (Italie), chef de la patrouille de tête d'un peloton de reconnaisance, a entraîné ses hommes par son exemple dans le dispositif ennemi. A trouvé la mort au cours de cette incursion hardie ".