messeguer.jpg (9204 octets)

Messeguer Paul

Né le 16 décembre 1912 à Villefranche de Rouergue, Paul Messeguer était venu au Maroc avec son père, commis des A.I. à Arbaoua.

Il entra au lycée Gouraud en 1930 au titre d'élève-maître et y termina en octobre 1933 ses études secondaires, ayant obtenu ses deux baccalauréats.

Après une année de stage d'application à l'école de la Tour Hassan, Paul Messeguer accomplit en 1934-1935 son service militaire : admis à Saint-Maixent et promu sous-lieutenant après un excellent stage, il termina son année de service au 6e R.T.A. à Tlemcen.

Et c'est en octobre 1935 qu'il commence à Meknès sa carrière d'instituteur.

Ayant hérité de son Rouergue natal les fortes qualités des hommes de sa race, Paul Messeguer se révéle tout de suite un éducateur de premier ordre : " Réservé, admirablement sérieux et réfléchi " dit de lui M. Thabault, Directeur de l'instruction publique, qui l'avait bien connu et qui l'aimait, Paul Messeguer apparaît dans tous ses rapports d'inspection comme un de ces modèles de conscience et de méthode qui s'imposent d'emblée à leurs élèves et obtiennent d'eux les meilleurs résultats. A l'école de la Médina de Meknès la tâche était délicate avec des élèves pour la plupart marocains ou étrangers ; Paul Messeguer l'accomplit avec autant de persévérance et de bonne humeur que de succès.

Ayant assuré son avenir, il se marie peu après son arrivée à Meknès : et trois enfants Marie-Claude en 1938, Jean-Emile en 1940 et Bernard Paul en décembre 1943 naissent dans ce foyer qui en d'autres temps serait voué au bonheur.

Survient la guerre.

Désormais c'est au régiment que Paul Messeguer va poursuivre son œuvre d'éducation auprès des marocains ; en 1939 d'abord, puis de nouveau après le débarquement allié en Afrique du Nord, il assure l'instruction de nombreuses classes sachant, là comme à l'école, faire aimer et respecter la France aux heures les plus sombres de son histoire.

Et bientôt nommé lieutenant il part avec ses tirailleurs en Italie ; il va leur montrer comment se bat et meurt à la tête de ses hommes un chef français.

Lisez l'admirable citation suivante à l'Ordre de l'Armée :

" Messeguer Paul, lieutenant au Ne R.T. officier de réserve animé des plus belles qualités morales, exemple de foi patriotique et de courage, chef de section d'accompagnement, le 28 juin 1944 à Busca, s'est porté avec un magnifique élan au plus prés du carrefour où reculaient les véhicules de l'ennemi en déroute. Prenant personnellement le commandement de son groupe de mitrailleuses, servant lui-même une pièce malgré les réactions violentes des mortiers et des canons des chars adverses, a donné à ses hommes un merveilleux exemple. A été tué à son poste de combat ".

" Un merveilleux exemple " dit la citation ; c'est bien ainsi que se caractérise dans sa noble simplicité la vie de Paul Messeguer.

Puissent Marie-Claude, Jean et Bernard qui n'ont pas, ou si peu, connu leur père, puisse aussi leur vaillante et digne maman, n'avoir pas trop à souffrir de l'absence de celui qui, vivant, les eût comblés.

Paul Messeguer a fait jusqu'au bout tout son devoir envers la France ; souhaitons que la France fasse tout son devoir envers ceux qu'il laisse à sa protection.