mercier_pierre.jpg (10164 octets)

Mercier Pierre

 

Né à Hyères (Var) le 25 décembre 1919, Pierre Mercier vint très jeune à Port-Lyautey avec sa famille. Il termina au lycée Gouraud de 1935 à 1940 ses études commencées au collège de Port-Lyautey. A peine titulaire de ses deux baccalauréats, il était mobilisé en mars 1940 et entrait à l'école des élèves officiers où il se classait brillamment quand survint l'armistice. En 1941 il reprenait ses études comme surveillant au collège Moulay Youssef à Rabat et préparait son P.C.B. en vue de son admission à l'Ecole vétérinaire.

A ce moment déjà sa personnalité s'était affirmée et sa nature d'élite s'épanouissait, créant la sympathie autour de lui : " Un brave et beau garçon, franc comme l'or, rieur comme un page, impétueux comme un chevalier " a dit de lui un de ses maîtres. Pierre Mercier s'était acquis en particulier une belle notoriété dans les milieux du sport scolaire où chacun admirait sa correction et sa loyauté autant que sa valeur. Fervent de tous les sports, il marquait une préférence pour le rugby où sa fougue et sa crânerie pouvaient se donner libre cours. Au cours de la saison 1941-42 Pierre Mercier, fidèle à son clocher, allait de Rabat tous les dimanches jouer avec ses camarades du C.A. Port-Lyautéen et c'était l'enfant chéri du club et du public qui reconnaissait de loin, au plus fort de la lutte, ses blonds cheveux flottant au vent. Devenu à cette époque professeur d’éducation physique au collège Moulay Youssef, Pierre Mercier trouvait encore le temps de donner aux hebdomadaires " Jeunesse " et " Vaincre " des chroniques très goûtées.

Mais à partir de décembre 1942, avec sa mobilisation au 3e Spahis marocains, c'est un tout autre champ qui s'ouvre à ses magnifiques qualités. Refusant au cours de l'hiver 1943 le poste d'interprète qui lui est offert lors de son séjour à l'hôpital américain de Naples, il écrit à ses parents que là n'est pas son devoir, et il regagne son escadron pour se battre.

Ce que fut au cours de la campagne d'Italie la conduite de Pierre Mercier les deux citations que l'on va lire le disent clairement :

Citation à l'Ordre de l'Armée :

" Mercier Fierre, brigadier-chef du Ne R.S.M. Excellent chef de char, a fait preuve au cours des engagements des 12, 13 et 14 mai 1944 dans la région de San André, San Appolinaire, et San Giorgo (Italie) d'un parfait sang-froid et d'un complet mépris du danger. Chef de char de tête, de bout en bout de l'action a rempli brillamment toutes les missions qui lui ont été confiées. En particulier, le 14 au matin, sur la route de San Appolinaire à San Giorgo, a réussi à s'infiltrer habilement dans le dispositif anti-char ennemi, capturant deux armes anti-chars et permettant la destruction de plusieurs autres ".

Mais après avoir exalté dans ses lettres la joie de reconquérir la Ville Eternelle et de participer au défilé triomphal dans Rome, le jeune héros, combattant un jour le buste découvert pour mieux diriger le tir de son char, au cours d'un engagement violent près de Sienne, tombe frappé d'une balle en plein front.

Citation à l'Ordre du Corps d'armée à titre posthume :

Pierre Mercier, Maréchal des Logis du Ne R.S.M. "

" Chef de char plein d'audace et de fougue s'étant distingué à tous les engagements précédents. Engagé le 2 juillet 194 à l'attaque de la ferme Santa Lucia, a fait l'admiration de tous par sa bravoure. L'ennemi contre-attaquant vigoureusement, n'a pas hésité à ouvrir sa porte de tourelle pour diriger avec plus d'efficacité le feu de toutes ses armes. A trouvé ainsi une mort glorieuse en contribuant pour une large part à l'échec de la contre-attaque ennemie, lui

infligeant de lourdes pertes ".

La présente citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de vermeil.

Comme l'écrivait, peu avant, Pierre Mercier : " Ceux-là meurent jeunes qui sont aimés des dieux ".

Le capitaine Léthier dans la lettre où il relate à son commandant les circonstances de la mort admirable de Pierre Mercier écrit : " J'ai encore présente à la mémoire comme une image prestigieuse cette charge fougueuse du magnifique 2e peloton " et il ajoute : " En cherchant dans mes photos j'ai eu la chance de découvrir une vue de l'équipage et du char du M. des L. Mercier. Permettez-moi, mon commandant de vous l'offrir en souvenir d'un des plus intelligents et des plus héroïques chefs de chars de mon escadron ".

Peut-on rêver plus bel hommage ?