lefroid_jacques.jpg (10325 octets)

Lefroid Jacques

 

D'une famille de vieux colons tunisiens. Les hasards de la guerre 1914-18 font naître Jacques Lefroid au Havre le 4 décembre 1914.

Il commence ses études à Alger et les continue au lycée de Rabat de 1929 en 1933. Il se fait aimer de ses camarades tant par son caractère généreux et loyal que par son dynamisme car il les entraîne à la pratique de tous les sports: escrime, natation, rugby, basket, y donnant toujours l'exemple de la plus parfaite correction.

Engagé au 37e régiment d'aviation en 1933, il est reçu à l'Ecole de pilotage d'Istres d'où il sort sergent-pilote. Affecté alors à la 51e escadre à Tours, il joue là, comme au lycée, le rôle d'animateur dans les sports les plus divers.

Pendant la période de la " drôle de guerre " il exécute de nombreuses missions au-dessus de l'Allemagne, pilotant un de ces " Bloch-210 " surnommés " cercueils volants ". Nommé moniteur d'acrobatie à l'Ecole d'officiers de Salon, il n'accepte pas de demeurer à ce poste et il rejoint un groupe d'aviation d'assaut sur le front vers le milieu de mai 1940. Alors qu'il tentait d'arrêter la ruée des blindés allemands sur Paris, son avion est abattu en flammes après un combat désespéré contre cinq adversaires le 5 juin 1940.

Médaille militaire et Croix de guerre avec palme :

Citation :

" Lefroid Jacques, sergent-chef, groupe de bombardement 1/51. Sous-officier d'un cran remarquable. A exécuté huit missions de guerre, dont quatre de nuit. A trouvé une mort glorieuse le 5 juin 1940 après avoir soutenu seul pendant quinze minutes, une lutte inégale contre plusieurs chasseurs ennemis ".