corap.jpg (11532 octets)

CORAP ALBERT

 

 

Albert Corap né à Paris le 26 novembre 1921 vécut successivement au Maroc (à Taza), à Paris, à Toulon, à Alger, différentes garnisons de son père, avant d'arriver en octobre 1935 à Rabat où il poursuivit ses études en classe de 2e puis de 1er au lycée Gouraud.

En 1937 il quitta Rabat, lorsque son père fut nommé à Amiens. Après avoir été reçu au baccalauréat de l'enseignement secondaire en juin 1940, il prépara Saint-Cyr et y fut reçu en 1941. Il fut promu sous-lieutenant en fin de 1942, lorsque l'école de Saint-Cyr fut supprimée par l'invasion allemande dans le midi de notre France.

Il s'évada alors de France, franchit à pied les Pyrénées et, passant par l'Espagne, il se rendit au Maroc où il s'engagea dans la 2e Division blindée en formation à cette époque et fut placé au 12e cuirassiers. Il prit part ainsi à la libération de notre France dans cette division qui, après avoir passé par l'Angleterre, débarqua en Normandie en août 1944. Il obtint là la citation suivante :

" Ayant appris que plusieurs soldats allemands se cachaient dans la région de Sees, a été volontaire pour aller les capturer ; a ramené quelques prisonniers ".

Cette citation à l'ordre du régiment comporta l'attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Sa division passa par Paris et se rendit vers la Lorraine. Il fut promu lieutenant le 25 septembre 1944.

Lorsque la division se dirigea vers Strasbourg, le détachement qu'il commandait était en tête. Il se dirigea en novembre sur le village de Lixheim, puis sur le village de Schalbach où il fut tué en le libérant. C'est là qu'il fut enterré. Il fut alors cité à l'Ordre de l'Armée :

" Jeune officier récemment nommé chef de peloton de chars, a fait preuve immédiatement au combat de qualités de cœur extraordinaires et d'un mépris absolu du danger. Le 21 novembre a dirigé le nettoyage du village de Lixheim. mené très rapidement en dépit d'une résistance sérieuse, grâce à son action personnelle. A été frappé mortellement au cours du nettoyage du village de Schalbach, conduit par lui avec le même courage ".