benitsa_edmond.jpg (11580 octets)

 

BENITSA EDMOND

Né le 21 juillet 1917 à Constantine, Edmond Benitsa commence ses études au lycée Gouraud, les poursuit à l'Ecole industrielle de Casablanca où il obtient le brevet d'enseignement technique et revient enfin les terminer au lycée Gouraud.

Studieux et énergique, il a, au cours de cette scolarité, affirmé déjà sa ferme volonté de s'élever par son travail, d'être quelqu'un.

Dès sa sortie du lycée, son choix est fait : l'aviation le fascine, il veut être pilote et prépare le concours d'entrée à l'Ecole de pilotage de Bourges : admis le 22 avril 1930, il en sort n° 1er, avec le garde de sergent, le 1er février 1937. Ses qualités d'intelligence et de cœur, sa haute conscience professionnelle le font aimer de ses camarades et estimer de ses chefs.

Survient la guerre : Edmond Benitsa, alors en garnison à Meknès, part au front avec son groupe dès les premiers jours. Toutes les missions, que rend si périlleuses la suprématie aérienne de l'ennemi, le trouvent volontaire. Modeste et pensant ne faire ainsi que son devoir, il ne brigue d'ailleurs aucune récompense officielle.

L'armistice du 25 juin 1940 sonne le glas dans son cœur ; malgré bien des difficultés, il rejoint alors l'Afrique du Nord où il espère pouvoir continuer la lutte ; mais son groupe est envoyé en A.O.F. à Bamako. Et voici qu'à sa douleur de patriote vient s'ajouter l'amertume d'être écarté des rangs de l'armée par des lois iniques. Ulcéré, il ne désespère pas cependant et attend le jour où, de nouveau, il pourra combattre.

Ce jour arrive enfin : dès le débarquement allié, Edmond Benitsa, débordant d'enthousiasme, demande aussitôt à reprendre sa place en escadrille, brûlant du désir de chasser l'envahisseur. Il revient au Maroc avec son groupe. Les années d'éviction et la modernisation des appareils l'obligent, comme ses camarades, à suivre un stage de perfectionnement au centre d'instruction de Marrakech.

Hélas ! quelques jours avant le départ qui le mettra de nouveau en face des hordes hitlériennes, l'adjudant pilote Edmond Benitsa tombe le 8 août 1944 au cours d'un vol de nuit.

Du moins, lui qui souhaitait tant voir la France forte et libre, a-t-il eu, avant sa mort prématurée, la joie de pressentir la réalisation prochaine de son rêve.