bartholetti_michel.jpg (13184 octets)

 

BARTHOLETTI MICHEL

Né à Rabat le 15 août 1922, Michel Bartholetti fut élève du lycée Gouraud dès les classes primaires. Après cinq années passées au lycée, il entra dans l'enseignement technique, à l'Ecole d'Aix-en-Provence d'abord, puis à l'Ecole industrielle de Casablanca. Sérieux et travailleur, il venait d'être reçu au concours de l'Ecole des mécaniciens de l'air à Rochefort lorsque l'invasion allemande l'empêcha de suivre cette voie.

Avec sa simplicité coutumière, il décida alors d'aider son père dans son commerce. Appelé par la suite aux chantiers de jeunesse de Boulhaut, il s'y trouvait lorsque les Alliés débarquèrent au Maroc. Incorporé à la 5e D.B. à la fin de l'année 1942, il suivit l'entraînement à Merchouch d'abord, puis en Algérie. Le 1er régiment de cuirassiers dont Michel faisait partie débarqua à Saint-Raphaël le 21 septembre 1944 et partit aussitôt en Franche-Comté.

Une magnifique citation à l'ordre de l'armée nous dit ce que fut la brillante carrière de cette unité d'élite. Du 15 novembre au 20 décembre elle avait déjà, autour de Belfort, fait 2.500 prisonniers et capturé ou détruit 30 canons anti-chars et quantité d'armes automatiques. Puis en janvier-février 1945 le " 1er cuir " participa avec le même élan aux combats pour la libération de l'Alsace,

autour de Colmar surtout. Ce fut ensuite le passage du Rhin et la campagne d'Allemagne. Mais Michel, hélas, ne devait pas être au milieu de ses camarades lorsque le 29 avril son régiment atteignit le premier la frontière autrichienne. Dès le 6 avril il avait été mortellement blessé au cours des durs combats que livra son unité pour forcer le passage de la trouée de Pforzheim, sévèrement gardée par l'ennemi.

Ses chefs, et en particulier son chef de peloton, le lieutenant de Sugny, ainsi que ses camarades de combat, ont écrit à la famille de Michel quel avait été leur chagrin de perdre cet excellent garçon aussi modeste que vaillant et dévoué, à qui ses qualités morales avaient valu l'affectueuse sympathie de tous.

La citation suivante honore sa mémoire :

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION

" Bartholetti Michel, dépanneur an peloton d'échelon de l'escadron, consciencieux et compétent, a montré partout son sang-froid remarquable et une belle ténacité dans son travail. A été grièvement blessé le 6 avril 1945 à Konigsbach, à son poste dans le half-trak de dépannage ".

La présente citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile d'argent.