alfonsi_charles.jpg (9775 octets)

 

 

Originaire d'une des régions les plus montagneuses de l'ile de Corse, Alfonsi Charles avait fait ses études au lycée de Bastia. Il était arrivé à Rabat en 1930 et avait pris les fonctions de répétiteur au lycée Gouraud. Dans cette ville comme à Port-Lyautey et à Casablanca, il s'était fait apprécier de tous par son bon cœur, sa gentillesse, son esprit tolérant et son égalité d'humeur qui, dans sa famille comme parmi ses amis, donnait à ses avis une autorité méritée.

 

Après avoir passé avec succès sa licence ès-lettres (italien), il se proposait de se rendre en Italie pendant une ou deux années lorsque la guerre éclata. Mobilisé d'abord à Fès où sa connaissance de la langue italienne l'avait fait désigner pour la censure postale, il fit l'impossible après le 8 novembre 1942, malgré une opération chirurgicale subie entre temps et qui avait failli lui coûter la vie, pour faire partie du corps expéditionnaire qui devait débarquer en Italie.

 

Nommé officier interprète et affecté à la 4e division marocaine, il se consacre à sa tâche nouvelle. Il participe à toute la campagne, rendant des services importants au 2e Bureau dans un pays où les familles de réfugiés sillonnent les sentiers les plus cachés et où la résistance à l'ennemi se dissimule souvent sous des haines politiques locales, plus inquiète de liquider les comptes entre Italiens

 

de partis opposés que de refouler l'envahisseur vers le Nord.

 

La campagne tire à sa fin. La relève générale des troupes du glorieux corps expéditionaire est prévue pour le surlendemain lorsque, au matin du 13 juillet 1944, Charles Alfonsi se trouve devant la ville de San Gimignano durement bombardée par les canons allemands. Chargé de pénétrer dans la ville avec les premiers éléments d'infanterie, il marche en tête avec deux civils italiens, indicateurs bénévoles. Les obus recommencent à tomber. L'un d'eux éclate tout près de lui : relevé avec des blessures aux jambes et un éclat dans le pied gauche, Alfonsi est évacué vers une formation sanitaire américaine puis envoyé à l'hôpital Marie-Feuillet. Le retour à Rabat l'attriste, il est pressé de guérir pour rejoindre ses camarades. Mais, au moment où il allait quitter l'hôpital pour bénéficier de quelques, jours de convalescence, le mal s'aggrave brusquement et Alfonsi s'éteint, laissant dans une véritable stupeur sa famille et ses amis qui ne doutaient plus de sa rapide guérison.

 

 

CITATION A L'ORDRE DE LA DIVISION

 

" Aspirant Alfonsi Charles-Joseph E.M. 4e D.M.M., interprète d'italien à l'E.M. de la division. A participé à l'occupation de plusieurs villages avec nos éléments de tête pour prendre contact avec les populations libérées.

 

" A été sérieusement blessé le 13 juillet au matin dans San Gimignano alors qu'il s'efforçait de recueillir des renseignements parmi la population civile, sous un violent bombardement ".

 

La présente citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile d'argent.